Créer un site internet

11 mars 1943

De Havilland Mosquito NF Mk II
DD661 et DD721 (codes PS ?)

En mer, Saint-Cast (22)

(contributeurs : J.P Favrais, Bréal-sous-Monfort - Commonwealth War Graves Commission - Air Historical Branch (RAF), courrier du 05/12/2007)


Mosquito NF Mark II, DD609, aérodrome de la société De Havilland Aircraft, Hatfield, Hertfordshire, Angleterre.
© IWM (ATP 10781B) domaine public


Equipages (264 SQN Madras Presidency RAF Volunteer Reserve) :

DD661

- Flying Officer (pilote) Arthur William Jarvis PIERS, 24 ans (service nb 115435)
RUNNYMEDE MEMORIAL. Panel 128

- Flight Sergeant, (navigateur) Thomas Bryan HILL, 25 ans
RUNNYMEDE MEMORIAL. Panel 137

DD721

- Flying Officer (pilote) Charles Radford LAWRENCE, 28 ans
Row A. Grave 7. DINARD ENGLISH CEMETERY

- Flying Officer (navigateur) Anthony Hugh STANLEY, 20 ans
RUNNYMEDE MEMORIAL. Panel 129

L'HISTOIRE

Mission Ranger pour la nuit du 11 au 12 mars 1943. Cible : Rennes et sa région. Décollage du terrain de Colerne situé dans le comté du Wiltshire, dans le sud-ouest de l'Angleterre. Le Mosquito NF Mk II DD661 décolle à 21h06. Le second Mosquito NF Mk II DD721 décolle à 21h35. Le lendemain matin à 08h25, décolle pour la mission Ranger n°14 et 15 le Mosquito DD727, avec à son bord le Flying Officer GIBB WALTER FRAME et son navigateur le Flying Officer MOUTAIN F. Ils ont pour mission de rechercher sur les cotes françaises, les traces le long des criques des deux Mosquito portés disparus la veille au soir, mais ils n'ont rien vu. 
L'équipage du Mosquito DD661 est porté disparu dans le golfe de Saint Malo. Les deux hommes sont commémorés au Mémorial de Runnymede (Situé à Englefield Green, près d'Egham, à trente-deux kilomètres à l'ouest de Londres, le Mémorial de Runnymede honore les noms de vingt mille quatre cent cinquante morts). Du second Mosquito DD721, le corps du Flying Officer LAWRENCE, CHARLES RADFORD sera inhumé au cimetière de Dinard. Son corps rejeté à la mer fut sans doute retrouvé sur une plage.

LES RECHERCHES

En 2001, nous avons dépouillé le registre du cimetière aux archives municipales à Dinard et avons retrouvé un télégramme aux archives départementales à Rennes, signalant que le corps d'un aviateur "canadien" a été découvert sur une plage de Saint-Cast, selon un rapport de la gendarmerie en date du 18 mai 1943. Le registre d'inhumation du cimetière de Dinard, indique qu'un aviateur a été enregistré par les allemands comme étant un F/O RAF, INCONNU à la date du 17 mai 1943.

Avril 2016 :
Jimmy Tual, passionné par la guerre 39-45 et membre de l'ABSA 39-45, a retrouvé les procès verbaux de la gendarmerie aux Archives Départementale de Saint Brieuc. 

Compte rendu du PV du gendarme à pied Léon Plessix et Le Jeune Yves en résidence à Matignon, département des Côtes du Nord. Procès verbal, n°247, portant sur la découverte d'un cadavre d'un aviateur Canadien sur la grève du lieu-dit "La Mare" en Saint Cast, le 17 mai 1943.

Aux ordres de nos chefs, étant à notre caserne, avons été prévenu téléphoniquement de la mairie de Saint Cast , que le cadavre d'un aviateur Canadien venait d'être découvert sur la plage du lieu-dit "La Mare" en la dite commune. Nous nous sommes transportés rapidement sur les lieux et avons constaté ce qui suit : le cadavre est monté sur le sable, hors des atteintes de la mer, au lieu précité. Il n'a plus ni tête ni mains. Le pied gauche est également manquant. Il est vêtu d'un uniforme en gabardine bleu-marine. Sur les épaulettes de la vareuse on relève le mot "CANADA", brodé en lettres capitales avec du fil blanc. Sur un faux col, attaché à la vareuse par un bouton, on lit le mot RAF. L'autorité Allemande de St Cast nous a déclaré qu'elle prenait possession du cadavre et qu'on pouvait se retirer. La garde était assurée par le poste de la Corbière, situé au haut de la falaise dominant la grève de la Mare.

Procédant à une enquête afin de savoir dans quelles conditions ce cadavre avait été découvert, nous avons recueilli les renseignements ci-dessous.
M. Martin, Pierre, 55 ans, retraité de la Police Judiciaire, demeurant villa Mignonette, à l'Isle en St-Cast, nous a déclaré : cet après midi, vers 15 heures 30, en allant chercher du goëmon sur la grève de la Mare en St-Cast, j'ai aperçu un cadavre flottant parmi les goëmons à une trentaine de mètres du rivage. Au même instant, deux militaires Allemands sont arrivés sur les lieux, se sont emparés du cadavre et l'ont déposé sur la grève, hors des atteintes de la mer. Ils ont également fait écarter tous les curieux et nous ont fait comprendre qu'ils allaient s'en occuper. Je présume que c'est le cadavre d'un aviateur canadien. Il n'a plus ni tête ni mains et un seul pied. Sur l'épaulette de sa vareuse, on lit "CANADA". Comme les allemands se sont occupés de ce cadavre, je me suis retiré. Lorsque je quittais les lieux, le garde maritime s'y rendait.

Lecture faite, persiste et signe.


M. Lorre, Jean 47 ans, garde maritime, au bourg de St-Cast, nous a déclaré : é
tant de service au port de St-Cast, j'ai appris que le cadavre d'un aviateur Canadien, avait été découvert par M. Martin, retraité de la Police Judiciaire, à la grève du lieu-dit "La Mare". Je me suis rendu immédiatement sur les lieux. A mon arrivée, le cadavre était sorti de l'eau et transporté sur le sable hors des atteintes de la mer. A ses côtés, se trouvaient quatre militaires Allemands qui venaient de fouiller ses poches. Leur ayant demandé s'il avait des papiers sur lui, un stylo brisé et un bouton de manchette, en or marqué aux initiales A.S.P. Ce cadavre n'a plus ni tête ni mains. Il lui manque le pied gauche. Je présume qu'il a séjourné dans l'eau environ quatre mois. Après ses constatations, je me suis rendu à la mairie où j'ai averti M. Hervé, 1er adjoint au maire. Ce dernier s'est rendu avec moi sur les lieux. A ce moment, j'ai constaté que le bouton de manchette avait disparu. Je ne puis vous dire qui l'a enlevé. Le soldat Allemand de garde avait quitté son poste. Quelques personnes se trouvaient autour du cadavre, M. Hervé s'est rendu auprès des autorités Allemandes de St-Cast. Celles ci lui ont répondu qu'elles s'occupaient de l'enlèvement du cadavre.

Lecture faite, persiste et signe.

Monsieur Hervé, Jean, adjoint au maire de la commune de Saint-Cast, nous a déclaré : dès que j'ai été prévenu de la découverte d'un cadavre sur la grève de La Mare, je me suis rendu sur les lieux après vous avoir fait téléphoner. Après m'être assuré que ce cadavre était le cadavre d'un militaire Canadien, je me suis mis en relation avec l'autorité Allemande. Celle-ci m'a avisé qu'elle prenait le cadavre en charge et que la garde en serait assuré par le poste Allemand de la Corbière. La Feldgendarmerie doit se rendre sur les lieux demain. Je vous aviserait des décisions prises et du jour de l'inhumation.

Lecture faite, persiste et signe.

En foi de quoi, nous avons dressé le présent en trois expéditions destinées : La 1ère à Monsieur le Préfet des Côtes du Nord à Saint-Brieuc ; la 2ème à Monsieur le Feldkomandeur à Saint-Brieuc ; la 3ème aux archives.

Fait et clos à Matignon, le 17 mai 1943.

4 avril 2016, ABSA 39-45
Tentative d'identification du corps de l'aviateur Canadien pourtant sur lui un bouton de manchette aux initiales A.S.P.

La liste des aviateurs Canadiens morts entre le 1er janvier et le 17 mai 1943 étant bien longue. 
Après quelques heures de recherche dans la liste des tués du CWGC, la recherche n'apportant rien avec les initiales A.S.P., je pose la question sur le forum de RAF Commands. Le 8 avril la réponse est apportée par Mojmir. Les initiales correspondraient non pas à celles du pilote, le Flying Officer Canadien, Arthur William Jarvis PIERS, A.S.P. mais à celles de son père : Arthur Stapleton Piers demeurant à Westmount, qui est une ville du Québec, au Canada. (Située sur le versant ouest du mont Royal, cette municipalité majoritairement anglophone). Les parents de son navigateur, le Flight Sergeant Thomas Bryan HILL, étaient originaires de Boars Hill, situé dans le comté de Hamlet, au sud-ouest d'Oxford en Angleterre. Presque un an avant, à un mois de différence, le 26 février 1942, disparaissait en mission son jeune frère de 21 ans, le Flight Sergeant (mitrailleur) William Stapleton (Billy) PIERS, qui servait au sein de la Royal Canadian Air Force (RCAF) au No. 405 "Vancouver" Squadron du Bomber Command.


Tombe de Charles Radford LAWRENCE
Row A. Grave 7. DINARD ENGLISH CEMETERY

Comme il est indiqué en début du récit, du second Mosquito DD721, seul le corps du Flying Officer (pilote) Charles Radford LAWRENCE sera retrouvé et inhumé au cimetière de Dinard. Troublant concours de circonstances, Charles était le fils de Herbert Lawrence, qui était un Able Seaman dans la Royal Naval Volunteer Reserve, sur le Knight Templar S.S. "Merton Hall.", un cargo de transport qui disparait en mer le 18 février 1918, lors d'un voyage de New York à La Pallice, le cargo ayant à son bord un chargement d'acier. Il sera coulé par le U-53 (Hans Rose) à 30 miles au nord-ouest de l'ile d'Ouessant avec 57 personnes à bord, tous perdus corps et biens. Charles Radford LAWRENCE était originaire de Southbourne Bournemouth situé dans le comté du Dorset. Le Flying Officer Anthony Hugh STANLEY, son navigateur, était le fils du Colonel Honoraire Algernon Francis Stanley, D.S.O., sa mère Lady Mary Cavendish Grosvenor, de Chippenham, Wiltshire. Anthony Hugh STANLEY était né le 20 février 1923.

Aux archives municipales de Saint Brieuc nous avons trouvé des documents sur les enregistrements des sépultures d'aviateurs de la RAF et de l'USAAF. Du cimetière de Saint Brieuc, ST. BRIEUC WESTERN COMMUNAL CEMETERY, il est indiqué : Sergent pilote R.A.F. inconnu, date de l'inhumation le 11/03/1943, indication de la tombe H.I. 26. Puis celle d'un Sergent aviateur R.A.F., date de l'inhumation le 19/03/1943, tombe H.I. 24, (celle d'un corps rejeté à la mer le 17 mars 1943 à Dahouët à Pléneuf). Ces deux inhumations nous font penser à des membres de l'équipage d'un des deux Mosquito ; il est possible que l'un des deux corps inhumés à St Brieuc ait été retrouvé quelques jours après les crashs en mer. Sauf que nous trouvons au cimetière de St Brieuc qu'une seule sépulture, celle du Sergent aviateur R.A.F. en date du 19 mars.

PV et archives du cimetière de Saint Brieuc : Jimmy TUAL, membre Les Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation des Côtes D'Armor et de l'ABSA 39-45.
Novembre 2016.

Ajouter un commentaire

Anti-spam