Créer un site internet

17 décembre 1942

Armstrong Whitworth Whitley MkV (EB363 - code JL-Q)
En mer, au large de la pointe du Raz

(contributeurs : J.P Favrais (35 - Bréal-sous-Monfort), Commonwealth War Graves Commission (CWGC), Philippe Dufrasne, Daniel Dahiot)

Whitley mk v 1
Armstrong Whitworth Whitley Mk V - Abingdon (Oxfordshire) (?)
  © Courtoisie de RAF Abingdon 10 OTU - www.rafabingdon10otu.co.uk

Equipage (10 OTU, RAF - RNZAF)

- Pilot Officer DAVIES, PERCIVAL ALLAN, 26 ans, R.A.F. 
Plot H. Row A. Grave 9. St. Brieuc Western Communal Cemetery

- Pilot Officer. SWORD, ROBERT, 27 ans, R.A.F.
Panel 71. Memorial, Runnymede.

- Pilot Officer (Bomb Aimer). WOTTON, VIVIAN JAMES, 20 ans, R.A.F. Volunteer Reserve.
Row A. Grave 6. Dinard Cemetery

- Sergeant. (Pilot). DENHAM, MAURICE THORPE, 31 ans. R.N.Z.A.F.
Grave 2. CONCARNEAU COMMUNAL CEMETERY.

- Sergeant. RAWCLIFFE, RICHARD, 21 ans. R.A.F. Volunteer Reserve.
Panel 92. Memorial, Runnymede.

- Flight Sergeant (Air Gunner). MILLER, THOMAS HENRY, 22 ans. R.A.F.
Panel 75. Memorial, Runnymede.

L'HISTOIRE

Le 17 décembre 1942. Décollage à 07h25 pour une patrouille anti-sous-marine du Coastal Command (10 Operational Training Unit, RAF (Abingdon, Berkshire; détachement à Saint Eval, Cornwall - rattaché au 19 Group). Le Whitley Mark. V EB363 était armé de quatre bombes de 250 lb. Des charges de profondeur dans l'Atlantique. Vers 12h40, le Whitley opérait au large de la côte nord-ouest de la France quand il fut intercepté par un chasseur et abattu en mer. Les corps de cinq des six membres de cet équipage ont été récupérés le long des côtes françaises.

Le corps du Pilot Officer Vivian James Wotton est inhumé en date du 17 décembre 1942 au cimetière de Dinard. Nous ne possédons pas d'autres informations sur la découverte de son corps. N'ayant pas trouvé le registre original de ce cimetière, registre détruit, nous avons juste un document relatant un relevé sans doute à partir du document original. La date du décès étant bien notée à l'époque pour le 17 décembre 1942, nous pouvons en déduire que ce corps fut retrouvé le jour même du crash. Son nom et les initiales de ses prénoms, ainsi que son matricule 126 963 étant bien notés dans le registre de l'époque.

Le second corps rejeté à la mer, est celui du Sergeant. (Pilot). Maurice Thorpe Denham, 31 ans, appartenant au Royal New Zealand Air Force 10 OTU. Il sera retrouvé sur l'île du Loch (Archipel des Glénan), le 3 février. Le troisième corps découvert le 11 mars à Plouézec  est enterré ce même jour au cimetière de Saint Brieuc.  Un autre corps inhumé au cimetière de Saint Brieuc est celui d'un sergent inconnu, retrouvé le 17 mars 1943 à Dahouët à Pléneuf. Ce sergent fut enterré le 19 mars. Nous pouvons supposer que le corps de ce sergent est celui du Sergeant Richard Rawcliffe. Ce grade correspondant à cet aviateur, le sergent Richard Rawcliffe repose toujours parmi les inconnus, son nom est inscrit sur le mur des disparus. Panel 92. Memorial, Runnymede.

Quant au Pilot Officer Robert Sword et le Flight Sergeant Thomas Henry Miller, tous les deux sont aussi commémorés sur le mur des disparus, nous n'avons pas à priori de corps d'inconnus inhumés dans d'autres cimetières en Bretagne.

Ce Armstrong Whitworth Whitley Mark V EB363, a été revendiqué par le Leutnant Artur Thies de la 14 stafel du Kampfgeschwader 40 : 14W/ Bay of Biscay à 12h15. Les coordonnées de l’attaque seraient de   47 50 N, 008 00 O, ce qui  la situe dans l'océan à environ 250 kms au large de la Pointe du Raz.

Il est difficile d'apporter une réponse concrète au destin étrange de cet équipage, d'élaborer un quelconque scénario. Trois corps ont été retrouvés entre Paimpol et Dinard au nord-est de la Bretagne. Quant au corps du Sergeant. (Pilot) Denham, le capitaine du Whitley, nous doutons fort que celui-ci fut le premier à abandonner son avion, le lieu de revendication, côté Mer Celtique étant fort éloigné du lieu de la découverte de son corps.

Un scénario possible est envisageable : le Whitley est revendiqué comme nous le savons bien au large à l'ouest de la Pointe du Raz. Le pilote, le Sergeant Denham, prends le cap direction Est, une partie de l'équipage abandonne l'avion en mer et le pilote resté seul à bord, désorienté, blessé, met le Whitley en  pilotage automatique. Georges, surnom donné au pilote automatique, ramène l’appareil vers  les côtes du Finistère où il se crashe en mer. Comme nous le savons le corps du malheureux pilote sera retrouvé presque deux mois plus tard sur l'île du Loch.

Recherches d'Andrew Wotton (neveu de Vivian James).
D'abord un aperçu général qui traduit ce qu’était un OTU (Unité de formation opérationnelle), qui menait de longues patrouilles anti-sous-marine. Il s'agit d'un résumé trouvé sur un forum, bien que ne faisant pas référence à cet avion spécifique, il est très instructif sur la nature de leur travail :

"J'ai fait quelques recherches limitées pour le 10 OTU d'Abingdon et du 10 OTU, détachement à Saint Eval, où mon oncle a stationné sur ces deux bases. Je possède l'ORB pour St. Eval, mais seulement pour mai 1943,  il est assez bien détaillé et de très bonne qualité. Le 10 OTU, détachement à St. Eval a été une unité opérationnelle de combat, mais au Coastal Command !  Pourquoi a-t-il été appelé OTU ? je n'ai jamais vraiment compris (peut-être en raison de son caractère temporaire).

Dans le cas où vous ne le saviez pas, le 10 OTU à Abingdon était un typique squadron du bomber command OTU où, sur l'obtention du diplôme, les équipes étaient affectées à un squadron opérationnel (ou un HCU s'ils devaient passer à l'un des bombardiers lourds). Pendant ce temps, le bomber command prêtait des squadrons et d'autres équipages au commandement du littoral pour étayer les patrouilles anti-sous-marines (AS). Le 10 OTU, le détachement de St. Eval était une unité temporairement détachée du bomber command et il était géré par le Coastal Command. Les équipages qui ont terminé leur formation à Abingdon ont été prêtés à St. Eval pendant environ 4 semaines. Pour être très brièvement formé sur une journée à la lutte anti-sous-marine aux largages de charges en profondeur, etc. Ils étaient alors censés effectuer environ 6 patrouilles de 10 heures, puis renvoyés au bomber command. Chaque patrouille de l'AS comptait pour une demi-opération de leurs missions de bombardement qui  étaient de 30  sorties. Ne vous méprenez pas, ces patrouilles étaient épuisantes et dangereuses. La météo exigeait souvent de voler à des altitudes très basses, malgré que  les sous-marins ennemis étaient bien équipés pour se défendre à la surface.  Les avions allemands patrouillaient également les cieux. Parfois, les retours vers les aérodromes se faisaient en plein brouillard et presque en panne de carburant.

Vous remarquerez que Chorley énumère un équipage de six (un équipage Whitley étant de cinq hommes). Le sixième, parfois un homme différent pour chaque patrouille, était un pilote nouvellement formé (juste diplômé d'un AFU et destiné pour le Coastal Command) mais toujours en formation pour assister à leur propre OTU. Ils étaient sur ces patrouilles pour "apprendre les cordes" et  assurer certaines des tâches lors des vols et surtout si le pilote automatique «george» ne fonctionnait pas.  De plus une paire d’yeux supplémentaire n’était pas négligeable."

IN MEMORIAM

- Pilot Officer WOTTON, VIVIAN JAMES, 20 ans, fils de Richard Wilfred et de Gladys Annie Turl Wotton, de Bridport, Dorsetshire.


Photo © with courtesy of Wotton family

Vivian a commencé à voler en mai 1942, s'entraînant comme Bomb Aimer (bombardier) sur divers avions : Bleinheim, Anson, Whitley. En septembre, il faisait partie du vol «E» Flying Whitleys, avec le Sgt Denham comme pilote. Il a effectué des exercices d'entraînement avec le Sgt Denham sur l'Angleterre à partir de septembre 1942, et leur première sortie opérationnelle a eu lieu le 30 novembre 1942. Ils ont eu quatre « operational sweeps » et au 5 décembre ils ont attaqué un sous-marin, avec leur dernière mission "operational sweeps", réalisée le 8 décembre. Ils ont effectué un test aérien le 11 décembre, qui était la dernière entrée dans son journal, qui est estampillée "Death Presumed - RAF Central Depository, Juin 1946". Vous pouvez constatez que Vivian est mort le 17 décembre 1942, ce qui était vraisemblablement pendant leur cinquième mission "operational sweeps".


Tombe de V.J. Wotton, cimetière de Dinard

- Pilot Officer. DAVIES, PERCIVAL ALLAN, 26 ans, fils d'Arthur Stanley et de Doris Davies. Époux de Margaret Davies, de Cleveleys, Lancashire. Certificat d'art d'enseignant secondaire de l'Université d'Oxford.


Photo © with courtesy of Davies family


Tombe de P.A. Davies, cimetière de Saint Brieuc

- Pilot Officer SWORD, ROBERT, 27 ans, fils de Robert A. et de May Sword, de Leuchars, Fife, Ecosse.

- Sergeant RAWCLIFFE, RICHARD, 21 ans, fils de Richard et de Alice Rawcliffe, de Derby.


Probablement la tombe de Richard Rawcliffe, cimetière de Saint Brieuc

- Flight Sergeant MILLER, THOMAS HENRY, 22 ans, fils de George Alexander Miller et de Lilian Miller. Époux de Joan Margaret Miller, de East Grinstead, Sussex.

- Sergeant (Pilot) DENHAM, MAURICE THORPE, 31 ans, fils de James Raleigh Denham et d'Adelaide Florence Denham (née Fisher), de Kaiwarra, Wellington, New Zealand.


Photo source inconnue

Ajouter un commentaire

Anti-spam